Design made in Aquitaine

Pour réaliser cette table de 6 m de long et dotée de seulement 4 pieds, le designer Vincent Poujardieu, a fondé son principe constructif sur les performances d’un matériau innovant et résistant, le nid-d’abeilles aluminium.

Au cœur d’Agen, l’exposition « Design a cappella », dévoile l’ingéniosité et la créativité de designers, d’entreprises et artisans aquitains. Commissaire de l’exposition, historienne du design, Roseline Giusti, témoigne de l’évolution et des visages pluriels du design made in Aquitaine.

 

Eglise des Jacobins d’Agen. Entre ses murs de pierre et sa vaste nef à l’atmosphère sacrée, plus de 270 objets paradent, tous plus intrigants les uns que les autres tant par leur forme, leur usage, les matériaux utilisés… Créations récentes ou provenant du Musée des Arts décoratifs de Bordeaux, du Fonds régional d’art contemporain d’Aquitaine ou du Musée des Beaux-Arts d’Agen, ils traduisent la diversité de réalisations tant de designers aquitains que d’entreprises locales sollicitées par des designers français. Naviguant entre différents univers « Mobilier », « Art de la table », « Luminaires »…, le visiteur y découvre aussi bien des objets uniques, des prototypes ou des produits de grande série réalisés de 1955 à nos jours.

A la tête de la conception de cette exposition portée par Mme Marie-Dominique Nivière, Conservatrice du musée des Beaux-arts d’Agen, on trouve Roseline Giusti, ancien professeur d’histoire du design à l’université Bordeaux III, auteur de nombreux articles dans la revue Le Festin, qui au fil de ses reportages a pu découvrir le travail des divers designers régionaux. « Cette exposition ne se veut pas exhaustive » tient-elle à préciser, « mais témoigne, dans cette région, d’une grande liberté et souplesse d’approches, de ces chassés-croisés entre industries, designers et artisans. Elle montre aussi que le design touche différents secteurs et répond à des attentes très diverses».

Un regain pour les matières naturelles et écologiques

En Aquitaine, les designers privilégient les matériaux naturels tels que le liège utilisé par le designer Antoine Phelouzat pour un ensemble d’objets (boîte, tabouret, corbeille…) fabriqués dans les Landes chez Agglolux-Cbl. Photo-Hugues-Lawson-Body.

Bien que ne portant pas sur l’évolution du design, l’exposition Design a Cappella n’en reflète pas moins les tendances actuelles, « notamment en montrant que les entreprises intègrent de mieux en mieux le design comme facteur de développement de la vie économique et que la profession de designer s’est généralisée et structurée ces dernières années », précise Roseline Giusti. Les objets exposés à l’église des Jacobins ont en effet pris corps au sein de PME locales telles qu’Agglolux de Soustons et HPK Lièges de Lavardac pour le travail d’objets en liège, l’entreprise basque Alki pour du mobilier en bois, la coutellerie de Nontron…  Prédominent de même dans cette exposition les matériaux naturels : argile, bois, chanvre, liège, laine… « Ils reflètent une demande de produits plus durables, plus authentiques, plus pratiques, mais aussi avec plus de sens, de personnalité et qui gagnent en qualités sensorielles. La préoccupation écologique me paraît également être capitale, suivie de ce fait d’un regain pour les matières naturelles et rassurantes ».

La recherche de matériaux plus performants

Dans l’exposition d’Agen, Didier Garrigos signe six réalisations dont le Laser Satsuma développé pour la société Amplitudes Système. Remarquable exemple du travail actuel de designer répondant à des cahiers de charge très précis pour le monde industriel. Photo Garrigos.

Autre tendance visible de l’évolution du design  à travers la production régionale : le recours à la haute technologie illustré, par exemple, par le laser conçu par Didier Garrigos ou l’utilisation de matériaux innovants  tels que le nid-d’abeilles aluminium constituant la table « Défi » de Vincent Poujardieu. «  On voit que les apports de la recherche libèrent des matériaux plus performants qui donnent lieu à des créations d’un type nouveau », constate Roseline Giusti. Selon elle, cependant, «  on ne peut pas parler de progrès linéaire. Le design évolue comme l’art, un mouvement chassant l’autre. On peut évoquer surtout « des » designs qui sont le reflet des préoccupations du moment, des moyens techniques et technologiques à disposition, des contraintes, des attentes et des rêves inhérents à une période donnée ».

Marianne Peyri, journaliste Cap Sciences

Couteaux en compression de kraft, imprégné de résine, réalisés par Olivier Gagnère pour la Coutellerie de Nontron dans le Périgord.

Chaise Saski en chêne designée  en 2012 par Jean-Louis Iratzoki pour la société basque Alki qui a réussi à allier savoir-faire traditionnel et modernité. Photo Mito

 

 

Exposition Design a Cappella : Eglise des Jacobins, Agen. Ouvert jusqu’au 17 décembre 2012, tous les jours de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h, sauf le mardi. Fermé le 1er novembre. www.agen.fr/musee

 

 

 

 

 

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.