Designers sachant chausser

Début juillet, l’école des Beaux-arts de Bordeaux (Ebabx) associée au Politecnico de Milan a accueilli le workshop Marchons Marchons autour de la chaussure en Aquitaine. Il a réuni des étudiants de plusieurs pays, des professeurs des deux écoles et des industriels de la région autour d’un objectif concret : proposer des prototypes innovants susceptibles d’intégrer les prochaines collections. Quand les écoles design rencontrent les industriels.

Une chaussure pour enfant percée de multiples œillets pour que l’apprenti noueur imagine son propre chemin de laçage : c’est l’un des projets innovants né au cours du workshop Marchons Marchons « Il ne s’agit  pas forcément du  modèle plus vendeur mais il peut être un très bon support de communication. » commente Emmanuel Gallina, enseignant à l’École de design du Politecnico de Milan, design manager au spectre d’intervention très ouvert et cheville ouvrière de ce workshop. « D’autres modèles sont plus en phase avec les stratégies commerciales des entreprises partenaires du workshop. Celui-ci met  en lumière que le marketing et la communication font partie intégrante d’un projet de design. »

Pour Emmanuel Gallina « le workshop met en lumière que le marketing et la communication font partie intégrante d’un projet de design »

Immersion dans une industrie locale

Tiré par la nécessité de coller au plus près aux réalités de l’industrie locale, Marchons Marchons était divisé en deux parties. La première mêlait des visites à des entreprises participant au projet, « pour connaître les contraintes de production propres à chaque industriel, » et des interventions plus théoriques portant notamment sur l’identité aquitaine et l’existence d’une tradition industrielle et artisanale de la chaussure dans la région. « Une mise en perspective essentielle, souligne le designer pour proposer des réalisations ayant du sens. »

La seconde phase, très dense, était destinée à faire germer des projets viables. Au programme Croquis, couture, échange avec les industriels locaux dont l’implication était déterminante pour la réussite projet. « Ils ont livré un brief récapitulant leurs contraintes techniques, leurs impératifs marketings, leurs objectifs de communication. Ils se sont également engagés à fabriquer deux prototypes chacun et ont signé un précontrat destiné à s’étoffer en cas de mise sur le marché. » I

Produire de l’inattendu

Les prototypes (qui seront présentés sur les Escales du Design, les 13, 14 et 15 décembre prochain au hangar 14) ont été exposés à la biennale d’architecture d’art et de design Agora, en cette mi-septembre 2012. A cette occasion on pourra également regarder le documentaire réalisé tout au long du workshop par Jeanne Quéheillard, professeure de design à l’Ebabx, et le réalisateur Thomas Matauko. On y verra l’étonnement ravi de certains professionnels face aux propositions des étudiants : « Ce ne sont pas des spécialistes du secteur mais ils savent ce que c’est que marcher et ça les intéresse !» a pu observer Mme Quéheillard. Avec leur spontanéité et ce qu’ils ont compris de leurs commanditaires, les étudiants sont parvenus à sortir des habitudes de pensée attachées à la chaussure « pour produire de l’inattendu. »  Du coup, ce ne sont pas deux prototypes qui auront été réalisés par les entreprise associées mais quatre voire cinq.

Donatien Garnier, journaliste Cap Sciences

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.