Intelligence Design / Design & Enfance / Fabrice Coulon : « Le designer ne se résume pas à un crayon »

Enfance : « apprendre le monde grâce au design »

Fabrice Coulon

Fabrice Coulon, design manager au sein du département Prospective design d’Aquitaine développement innovation insiste sur l’intérêt d’enseigner le design dès le plus jeune âge. Non pas le design dans sa définition commune qui se résume, pour le grand public, au maniement d’un crayon et à l’objet, mais dans l’ouverture d’esprit et au monde qu’il offre ainsi qu’aux multiples disciplines auxquelles il fait appel.

« On s’aperçoit que dès la petite enfance, l’environnement n’est pas propice à la sensibilisation au design. À titre d’exemple, la bien connue chaise Mullca des années 50 de bois et de métal est encore trop souvent utilisée alors que les comportements ont changé ! Au final, ce n’est qu’adulte que nous nous préoccupons du design qui nous entoure.

En réalité, pour sensibiliser correctement la jeunesse au design, il faut qu’il y ait une cohérence entre le discours et les objets parmi lesquels évoluent les enfants. L’éveil au design ne pourra pas passer sans le renouvellement des espaces et la prise en considération des morphologies et comportements, pour donner à voir, expérimenter et vivre le design.

Le design n’est pas valorisé

L’enseignement est compartimenté (cours d’histoire, de géo, de design, etc.) ! Sans parler de la pression culturelle forte qu’exerce notre système éducatif sur les élèves. Les mathématiques, l’ingénierie, les techniques sont favorisées, au contraire des disciplines artistiques qui sont relayées au dernier plan. Or, c’est précisément à mi-chemin de toutes les matières que se situent le design, c’est en quelque sorte, un pont entre les disciplines, une ouverture d’esprit, une conscience.

L’objet n’est pas le design

Alors qu’à ce jour le design ne se résume plus à l’objet et s’élargit vers une discipline immatérielle et transversale, ne sommes-nous pas encore aujourd’hui en train de faire des concepteurs de sièges ? Le design impose des prérequis fondamentaux :

  • La perception de soi, de l’autre et de l’espace,
  • La faculté d’abstraction, et d’imagination
  • La faculté de jouer et de détourner,
  • La curiosité et la culture
  • Un sens aiguisé de la critique et du raisonnement.

Et c’est précisément ce qui est déjà enseigné par les différentes matières, de la musique aux mathématiques. En musique, il y a une analogie évidente avec l’émotion générée par le rapport des notes et le rapport des formes lié à la démarche de design.

Le design demande donc une culture bien plus large qu’un enseignement du design fait dans les écoles spécialisées, qui au final n’est que de la technique. »

 

Propos recueillis par Claire Sémavoine, journaliste Cap Sciences

 

Lire également l’article Enfance & design : « apprendre le monde grâce au design »

Pour en savoir plus La boite à outils Design à l’école

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *