Mal’ in, la recherche favorise l’innovation industrielle

Mal’ in®, la recherche favorise l’innovation industrielleJean-Pierre Nadeau de l’I2M (Institut de mécanique et d’ingénierie de Bordeaux) et son équipe ont créé il y a une dizaine d’années Mal’ in, un logiciel réalisé d’après la méthode Triz, qui permet aux industriels de structurer une séance d’innovation. Longtemps gardée secrète, cette logique, inventée par Genrich Altshullerun, un ingénieur russe dans les années 50, offre des solutions concrètes à des problématiques précises en un temps record. Interview.

Des entreprises utilisent Mal’ in lorsqu’elles souhaitent perfectionner ou réaliser un produit. Comment fonctionne ce logiciel ?

Jean-Pierre Nadeau : Je ne vais pas vous dire que c’est très simple. Mais pour vulgariser, je dirais que Mal’ in structure une séance de créativité, répertorie des modèles de problèmes et propose des principes d’innovation. Grâce à une série de questions prédéterminées, la méthode permettra, par exemple, de désigner un principe d’innovation parmi les 40 définis par Genrich Altshuller.

Mal’ in, la recherche favorise l’innovation industriellePouvez-vous expliquer un cas concret aux lecteurs  ?

Jean-Pierre Nadeau : Une entreprise spécialisée dans le transport de sang souhaitait moderniser ses conteneurs afin de respecter la chaîne de froid durant le transport, sans utiliser de sources d’énergie extérieure comme l’électricité. Après les réponses au questionnaire Mal’ in, suite à une analyse physique précise et à une séance de brainstorming organisé, le groupe de créativité a imaginé un conteneur sphérique garni de gel eutectique congelé préalablement, qui, une fois placé dans la caisse, maintient le froid pendant des heures.

Mal’ in®, la recherche favorise l’innovation industrielle

Ça semble révolutionnaire ! Mal’ in est-il en accès libre ? On peut tous l’utiliser ?

Jean-Pierre Nadeau : Mal’ in n’est pas en accès libre. Et il est bien entendu payant. Ceci dit, nos activités en relation avec l’industrie nous ont montré qu’il était vain de croire que cette méthode pouvait être implantée directement dans le milieu industriel. C’est pourquoi nous proposons une formation à la méthode et un accompagnement dans l’entreprise.

 

Claire Sémavoine pour Cap Sciences

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.