« Pour les entreprises, le design est un outil de différenciation, d’innovation et de compétitivité »

« Les designers ne sont pas que des pourvoyeurs de jolis dessins » indique le designer aquitain Didier Garrigos.

Hausse du chiffre d’affaires, création d’emplois, impact d’une image croissante de marque…Quand le design influence l’économie. Entretien avec Didier Garrigos, designer et président de la FDA, Fédération des designers en Aquitaine.

 

La FDA, créée en 2009 et qui rassemble une trentaine de designers aquitains, souhaite particulièrement mettre en avant les apports du design sur le plan économique. Pourquoi ?

En cette période de crise économique, il est nécessaire de rappeler que les designers ne sont pas que des pourvoyeurs de jolis dessins ou de maquettes, mais ont un réel pouvoir de développement économique des entreprises. La prise de conscience que le design est un outil de différenciation, d’innovation et de compétitivité a bien sûr évolué en Aquitaine grâce au travail du Conseil régional d’Aquitaine et de Aquitaine développement innovation, par la qualité des agences qui se sont développées et la fédération de la profession. Cela est notamment vrai pour les grandes entreprises qui ont intégré que le retour sur investissement peut être très important. Mais, pour autant, il ne faut pas oublier que sur le plan européen, la France est l’un des pays les plus en retard sur l’utilisation du design. L’écart est encore plus fort au niveau mondial par rapport à des pays comme les Etats-Unis et le Japon où le design dirige la création. En France, aujourd’hui, on continue à faire trop souvent le produit et, ensuite seulement, on fait appel au designer. De même, le fait que les entreprises françaises soient soutenues bien souvent financièrement par des institutions publiques dans cette démarche design montre bien que le recours au design n’est pas encore une démarche naturelle.

Comment peut-on évaluer le retour sur investissement et les retombées économiques pour une entreprise ?

Evaluer l’impact d’une image de marque croissante est très complexe. C’est très difficile notamment dans le secteur du design d’espace. Mais les retombées se traduisent généralement en hausse du chiffre d’affaires et des marges si l’objet se vend plus, par de la création d’emplois, sans compter un effet de répercussion en termes d’images, difficilement quantifiable sur les autres produits de la marque. A titre d’exemple, en Aquitaine, le travail sur l’image de marque des bouteilles de la Cave des Vignerons landais mené par le designer Jean-Louis Roux a permis de faire augmenter les ventes de 15% en 2011. La gamme de fauteuils hospitaliers conçue par ce même designer a placé la société Navailles comme leader de ce secteur en France et dans le nord de l’Europe en lui permettant de remporter de multiples appels d’offres. Le lancement des abris de piscine Caraïbes ont amené la société Atlantika à générer un chiffre d’affaires de 7,5 millions d’euros en 2012 et la création de 13 emplois.

Dans un contexte de concurrence mondiale et de délocalisation de la production, le recours au design et à l’innovation est-il forcement l’une des solutions pour pérenniser ou développer les entreprises françaises?

Certainement, mais c’est un leurre de croire que la France s’en sortirait en devenant seulement un fief de têtes pensantes. Les compétences d’innovation, l’intégration du design à la source, la Chine ou le Japon, savent très bien le faire. Il faut donc également accompagner cette innovation d’un retour lorsque cela est possible de la production en France. La responsabilité d’un designer est aussi de réfléchir à des moyens de productions locaux en minimisant par exemple les coûts et les délais de transport, ce qui permet en outre une démarche plus écologique. Ce retour de la production en France, on commence à le voir, par exemple, dans le secteur de l’injection plastique. On peut faire de l’Aquitain et être compétitif.

Certains dénoncent cette présentation du design comme « recette miracle » pour tout un chacun. Quelles sont les conditions pour qu’une démarche design fonctionne réellement et se traduise en impact économique pour l’entreprise ?

L’intérêt du design réside avant tout dans sa méthodologie qui permet de poser des questions en amont, d’avoir une approche utilisateurs, d’analyser le concurrence et le positionnement de la marque, de travailler sur les moyens de production, la structure de l’entreprise…Tous ces éléments sont essentiels pour qu’une démarche design fonctionne. Le préalable, c’est aussi fondamentalement  l’écoute et la capacité du designer à évaluer la cohérence de la demande du client et faire preuve si nécessaire d’esprit critique. Même s’il n’y pas de recettes miracle car toutes les problématiques sont différentes, le grand principe à suivre est d’arriver a du bon sens et de la cohérence.

La Fédération des designers Aquitaine vise à créer des synergies entre designers et entreprises. A travers ce visuel, elle présente toute la richesse et les potentialités du design made in Aquitaine.

 Marianne Peyri, journaliste Cap Sciences

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *