Quand l’industrie automobile prend le virage du design émotionnel

Symboliques de ce design émotionnel, les recherches actuelles menées par Toyota sur une vitre de voiture interactive font sensation.

Travailler sur les émotions et les expériences d’automobilistes pour faire évoluer les usages et le design des voitures, telle est la vocation du Kansei Design. Un pôle créé à Bruxelles, il y a neuf ans par le constructeur automobile Toyota. Voyage dans les coulisses de ce studio avec Carole Favart, general manager de Kansei Design.

« Kansei en japonais désigne tout ce qui touche à l’émotion et au sensoriel, pourrait-on résumer, même si cette notion est au final beaucoup plus riche et complexe », pose d’emblée Carole  Favart. Cette ancienne architecte d’intérieur, qui durant 10 ans a géré sa propre agence « Relief Design » dans le secteur de l’aéronautique et du nautisme, se retrouve après un poste à la direction Design de Renault, la chantre du design émotionnel du constructeur automobile japonais Toyota. « J’ai intégré le centre R&D Europe de Toyota à Bruxelles, il y neuf ans, pour créer une nouvelle direction, le Kansei Design, dont l’objectif est de travailler sur les émotions et les expériences des utilisateurs, soit une activité du design plus transverse intégrant des technologies de personnalisation, du travail sur l’intuitif, des stratégies identitaires, la gestion de l’ADN de la marque. Nous sommes sur des territoires nouveaux où Toyota, d’après les retours que nous avons, apparaît dans le peloton de tête par rapport à l’intégration dans ses produits du design émotionnel via notamment les nouvelles technologies ».

Carole Favart, general manager Kansei design chez Toyota Motor Europe

Une vitre arrière interactive pour les enfants

Symboliques de ce design émotionnel, leurs recherches actuelles sur une vitre de voiture interactive font sensation. Des milliers de personnes ont d’ores et déjà visionné une première vidéo diffusée en 2011 pour présenter ce prototype baptisé « Window to the world ». Sur cette tablette tactile transparente située sur la vitre arrière, les enfants peuvent dessiner, zoomer sur un point du paysage, traduire en anglais des éléments aperçus par la vitre, se renseigner sur le nombre de kilomètres restant, réaliser un carnet de voyage, pénétrer à l’intérieur d’un monument…

« Notre volonté était d’imaginer un système multimédia complet, prenant en compte pour une fois le passager et non le conducteur, en lui apportant une expérience différente de la voiture. Il s’agissait de sortir des schémas habituels où la voiture est reliée le plus souvent à l’idée de mobilité, de performances dynamiques et de vitesse. Notre réflexion a porté sur comment utiliser la voiture comme médium d’ouverture et se servir de tout ce qui est dans l’habitacle pour ouvrir de nouvelles possibilités » décrit Carole Favart.

Elaboré au sein du Kansei Design en collaboration avec l’Institute of Interaction Design de Copenhague, ce prototype, qui devrait être commercialisé en 2015 ou 2017, est toujours l’objet de recherches et de tests, notamment pour mieux connecter cette fenêtre interactive vers l’extérieur et « intégrer tout ce qui se fait autour de la téléphonie, créer des connections avec les passagers avant, envoyer des dessins chez soi, générer des interfaces avec d’autres voitures…».

Des voitures plus intuitives et plus personnalisées

Autre exemple, la Yaris Trend dotée d’un levier de vitesse plus court issu directement de tests sur des expériences de conduite des usagers.

Mais les recherches de design émotionnel se sont en revanche d’ores et déjà concrétisées sur d’autres modèles. La Lexus IS est dotée désormais de commandes électrostatiques qui permettent, sur simple pression du bout des doigts, de contrôler la température intérieure de l’habitacle. « Avec un simple mouvement allant du haut vers le bas, une gestuelle donc plus intuitive qui est justement issue de notre réflexion sur les pratiques de manipulation des usagers », explique Carole Favart. De même, sortira bientôt en Europe, une édition limitée de la Yaris Trend, conçue spécialement pour une clientèle  féminine, avec des effets visuels noir et blanc, une boîte multimédia, de l’innovation dans les matériaux, des éléments personnalisés et plus toniques, des facilités de pratique tels qu’un levier de vitesse plus court issu directement de tests sur des expériences de conduite.

« Mais ne nous y trompons pas », précise Carole Favart, « notre volonté est de cerner les attentes des personnes et notamment avec l’introduction des nouvelles technologies, de s’assurer d’une opportunité des services offerts. Notre objectif n’est pas de tomber dans une avalanche de services sophistiqués et de fabriquer des usines à gaz. Non, il est surtout de rendre les usages plus simples et efficaces ».

Marianne Peyri, journaliste Cap Sciences

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *