Intelligence Design / Design au 21è siècle / « Quelle sera la voiture de demain ? »

Quelle sera la voiture de demain ?Dans un article du 16 octobre 2013, François Bellanger, directeur du think tank « Transit-City » : réflexions prospectives sur la ville et les modes de vie, livrait à prospectivedesign-le blog ses prévisions sur la ville de demain. Densité ou étalement urbain, tentatives de réduction des émissions de gaz à effet de serre, nouvelle manière de travailler, etc. l’ébauche d’une cité (occidentale) dite « intelligente » voyait le jour. Cependant, comment envisager la ville du futur sans évoquer la mobilité de ses habitants ? Centres-villes saturés, embouteillages, augmentation du prix de l’énergie… L’évolution des modes de vie des citadins qui réorientent leurs priorités, couplée à un usage croissant de moyens de transport propre et/ou collectif sonne-t-elle la fin de la voiture individuelle ? L’avènement du post-fordisme ? Voici quelques éléments de réponse.

En 2014, les ventes de véhicules sur l’ensemble du globe sont attendues en hausse de 3,4 % à 5 %, selon les prévisions des sociétés spécialisées comme IHS et LMC Automotive. Mais les perspectives sont bien différentes selon les régions. À titre d’exemple, en Chine, où le pouvoir d’achat a crû de 11 % ces dix dernières années, les ventes, véhicules commerciaux inclus, devraient augmenter de 11 % selon LMC, alors que l’Europe accuse une sixième année de baisse (-2,8 %) et cumule les excédents. La France a perdu plus de 12 % de sa production automobile en 2013. Quant aux USA ? Le nombre des ventes ralentit fortement. « L’industrie automobile telle que nous la connaissons aujourd’hui arrive au bout de son histoire », commence François Bellanger. « Conscients du virage qu’ils doivent rapidement amorcer, les constructeurs historiques confessent une totale méconnaissance de l’évolution du marché mondial. “Qu’est-ce qu’une voiture en France, au Brésil ?”, “Quel usage ?”, “Quel budget ?”, “Qui sont les concurrents ?”, “Quelles énergies ?”, “Qui fabrique… ?”… : telles sont certaines des réflexions actuellement analysées par les bureaux d’études et pour lesquelles Transit-City est sollicité. »

Une voiture évolutive ?

Jusqu’à la fin des années 90, l’économie de l’automobile pouvait prendre la forme d’une pyramide. Aujourd’hui, c’est le modèle du sablier qui domine, avec deux filières : le luxe d’une part et le low cost d’autre part. Demain, le marché aura un tout autre aspect : celui d’une marguerite avec comme proposition, un éventail de solutions multiples.

« Pour moi, le monde industriel post-fordist qui tente de se dessiner aujourd’hui dans les fab-labs pourrait se symboliser autour de deux objets : le Lego, car il permet de tout faire et de tout penser et l’imprimante 3D, car elle offre de nouveaux process de conception et de fabrication des objets. À partir de là, on peut imaginer tous les scenarii pour demain, y compris la fin de l’industrie de la voiture… avec par exemple une voiture connectée, perpétuellement modifiable et réparable chez soi. À cause notamment des obligations d’homologation, aujourd’hui les réponses n’existent pas encore, même si certains comme Toyota, travaillent déjà dans cette logique. »

Une voiture autonome et connectée en 2020 ?

Dans la continuité de la Google car, du Trafic Jam Assist (assistant d’embouteillage) de la dernière Mercedes Classe S, So Show de Peugeot, etc. Renault a fièrement présenté il y a quelques jours le prototype Next Two. Avec son radar, caméras et capteurs, le véhicule peut basculer en mode délégation de conduite sous certaines conditions : la voiture doit se trouver sur une route protégée, de type voie rapide sans piéton ni cycliste, en situation d’embouteillage dont la vitesse n’excède pas 30km/h. De plus, grâce à la géolocalisation du téléphone portable, le véhicule est aussi capable de rejoindre son propriétaire.

Néanmoins, étant donné que « la différence de prix entre une voiture classique et une voiture autonome ne devrait pas être sensible » selon Renault, l’enthousiasme des constructeurs sera-t-il partagé par les consommateurs ?

 

Claire Sémavoine pour Cap Sciences

 

Ces articles peuvent vous intéresser :

 

Be Sociable, Share!

3 réflexions au sujet de « Intelligence Design / Design au 21è siècle / « Quelle sera la voiture de demain ? » »

  1. Bonjour, pour l’instant l’automobile a une fonction qui va au-delà d’un simple véhicule de transport. Celle de demain, devrait pour moi, être 100% propre, et économique. Une auto mobile qui serve à aller d’un point à un autre. Sans tout ce qu’on lui attribue aujourd’hui comme identification, valorisation sociale etc…

  2. Bonjour
    Aprés avoir travaillé avec les grands constructeurs , je pense que finalement le futur de l’automobile passera nécessairement une offre de mobilité proposée par de nouveaux acteurs autour de nouvelles propositions de plateformes motorisées en propulsion thermique et ou eléctrique simplifiées évolutives qui se cibleront en priorité le segment du véhicule quadricycle et échapperont ainsi à la contrainte de l’homologation de type M1( crash tests ).
    Ainsi naitront de nouvelles générations de véhicules différenciées répondant aux fonctions essentiellement du déplacement en oubliant au passage  » le statutaire  » si cher aux constructeurs .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.