Sokoa, 40 ans de design engagé

Sokoa réalise des analyses de cycle de vie (ACV) de certains de ses produits. Une ACV étudie les impacts environnementaux potentiels du produit à tous les stades de son existence.

Sokoa, le leader français des fabricants de sièges pour les entreprises se situe à Hendaye. Né d’un pari fou sous l’impulsion du fondateur Patxi Noblia, grâce à une campagne de dons, le groupe Sokoa qui exporte dans plus de 40 pays, emploie aujourd’hui 460 personnes dans le monde.

Savoir-faire artisanal, responsabilité sociale et environnementale, retour sur une success-story teintée de blanc, de rouge et de vert…

« À l’origine, l’idée de Patxi Noblia, était de créer localement de l’emploi en s’appuyant sur les connaissances technico-industrielles du Pays Basque espagnol et de l’artisanat local », raconte Pierre Odriozola, directeur général du leader français des fabricants de sièges.

 

 

Pierre Odriozola : « Sokoa s’est toujours entouré de designers extérieurs comme Jean-Louis Iratzoki qui a conçu pour nous le siège Tela, vainqueur du prix Tadi ».

«C’est pourquoi aujourd’hui encore nos sièges sont fabriqués d’une part avec des machines et d’autre part grâce à des artisans tapissiers », précise-t-il, avant de poursuivre : « Sans jamais oublier les trois branches fondamentales, piliers de l’entreprise depuis son origine : le design, le respect des salariés et le développement durable ».

 

 

Sokoa, récompensé pour son action sociale et environnementale

Forte de ses actes, Sokoa a été récompensée cette année par l’Afnor (Association française de normalisation) qui lui a décerné le niveau de « Maturité » sur les principes de l’Iso 26 000. « Cela signifie que Sokoa contribue à améliorer la société en prenant en compte les attentes des parties prenantes de son écosystème comme ses clients, salariés (auxquels 50 % des bénéfices sont reversés), actionnaires, fournisseurs, administrations, etc. », explique Pierre Odriozola pour qui l’aventure chez Sokoa a débuté en 1980 lorsqu’il était commercial. Ainsi, Sokoa, « qui fait face à une concurrence internationale féroce » compte marquer la différence « en redonnant du sens au travail, en participant au respect de l’environnement et en développant le territoire basque dans lequel elle agit ». Pour preuves, Sokoa est à l’initiative avec 12 autres entreprises de Valdelia, société qui valorise le mobilier en fin de vie.

Claire Sémavoine pour Cap Sciences

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *