Sur mer et sur terre, les promesses de l’aboutage bois vert

Publié le samedi 15 décembre 2012 à 14h45

Gérard Vierge, coordinateur du projet Above développé au sein du pôle de compétitivité Xylofutur.

Emmanuel Martin, gérant des chantiers Dubourdieu, annonçait hier aux Escales du design la pose du toit en carbone de sa future grande pinasse destinée au transport de passagers, le Greenboat. Occasion de se réjouir de la bonne avancée d’un chantier ambitieux et manière élégante de rappeler que le reste du bateau était entièrement fabriqué en bois local. Une prouesse à laquelle Gérard Vierge, coordinateur du projet Above, n’est pas étranger. Si le Greenboat ouvre de nombreuses voies pour la construction de bateaux en bois, économe en énergie, en matières premières et fabriqués avec des ressources locales, il n’en est que la première étape. La seconde est en court de maturation aux chantiers Dubourdieu avec le Greencanot, un prototype de six mètres de long, entièrement réalisé avec des procédés Above développés au sein du pôle de compétivité Xylofutur. De l’aboutage bois vert bien sûr mais aussi un procédé nouveau de lamellé collé toujours en bois vert avec la fameuse colle en polyuréthane qui se sert de l’humidité pour polymériser.

Ce procédé a déjà été testé par les étudiants de qui ont réalisé un hémisphère destiné à accueillir le stand de leur école lors d’un salon. « Les architectes vont pouvoir se régaler, s’enthousiasme Gérard Vierge, car le procédé est aussi applicable à de nombreux aspect de la construction, bardage, charpente, panneaux de décoration… » On se souvient de la passerelle Kawabata qui avait été réalisée en aboutage bois vert lors d’Evento, il faut maintenant aller visiter le bâtiment de l’AJA qui utilise à fond les ressources d’Above.

Donatien Garnier, journaliste Cap Sciences

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.